Bernard Tapie cambriolé : l’agression de la honte

Il y a quelques jours, les médias ont annoncés que Bernard Tapie et son épouse se sont fait cambrioler. En effet, lorsque le couple se trouvait dans son domicile près de Paris, des cambrioleurs sont entrés par effraction dans leur maison. Ces derniers semblaient avoir les bonnes informations, car ils sont passés par la seule fenêtre qui n’était pas relié au système d’alarme. Découvrez dans la suite de cet article plus de détails sur cette agression.

Bernard Tapie cambriolé : les cambrioleurs ont battu le couple

Les photos publiées sur les réseaux sociaux renvoient l’image d’un couple agressé par les malfaiteurs. En effet, Dominique Tapie a eu plusieurs hématomes. Cette dernière aurait été utilisée par les cambrioleurs qui recherchaient un coffre. Le fils du couple a révélé que l’existence de ce coffre est un mythe, car la famille Tapie n’a pas d’argent caché ou un gros butin placé dans un coffre. Les malfaiteurs sont quand même repartis avec quelques objets de valeur. Pour plus d’informations complémentaires, cliquez ici maintenant.

Bernard Tapie cambriolé : le couple aurait eu des soucis de santé

Après le cambriolage, Dominique Tapie a été hospitalisée. Cependant, Bernard Tapie a préféré se faire examiner par son propre médecin. Ayant une tumeur, ce dernier avait peur que les coups aient eu un impact sur sa santé, car il a reçu un coup de matraque au niveau de la tête. Après quelques examens, Dominique Tapie a pu rejoindre son époux. Cette dernière a révélé qu’elle avait encore des séquelles de cette agression.

Bernard Tapie cambriolé : ses révélations choquantes

L’homme d’affaire a révélé dans les colonnes de la Libération que ce supplice a duré pendant 45 minutes. Sa femme et lui ont été tapé à plusieurs reprises. Bernard Tapie a confié que son épouse a reçu des coups de poing au niveau de la tête tandis que lui il était attaché sur une chaise. Il ne pouvait supporter entendre sa femme crier, car il avait comme l’impression que c’était lui qui recevait les coups.